Read La Ballade de l'Enfant-Gris by Baptiste Beaulieu Online

la-ballade-de-l-enfant-gris

Jo', étudiant en médecine de 24 ans, se rend ce dimanche dans la chambre de Noah, un petit garçon de 7 ans qui se demande pourquoi sa mère ne vient jamais le voir. Ce jour-là, une déchirure se produit, qui poussera Jo' à partir en voyage jusqu'au bout du monde, accompagné d'un petit fantôme. Il part sur les traces d'une femme mystérieuse....

Title : La Ballade de l'Enfant-Gris
Author :
Rating :
ISBN : 32194724
Format Type : Paperback
Number of Pages : 412 Pages
Status : Available For Download
Last checked : 21 Minutes ago!

La Ballade de l'Enfant-Gris Reviews

  • Mycoton32
    2019-05-31 10:50

    http://www.leslecturesdemylene.com/20...16/20 - En bref, j'ai aimé la façon dont les personnages nous sont présentés, c'est un plaisir d'apprendre à connaitre Jonas et tous ceux qui l'entourent. On se prend bien évidemment d'affection pour Noah, on a envie de savoir ce qu'il s'est passé et on suit les pérégrinations de Jo' à la recherche des secrets de la mère de No'. Amour, acceptation, délivrance, souffrance, peur, espoir, autant de choses qui alternent et nous font battre le coeur.

  • Cindy
    2019-06-18 09:29

    Toujours un plaisir de découvrir l'écriture de Baptiste Beaulieu. Nous nous prenons d'affection pour ce médecin et cet enfant. Nous voyageons à la découverte du secret que cache la mère du petit patient. J'ai aimé les étapes qui s'alternent : celles précédant et suivant la déchirure. Nous nous posons énormément de questions au fil du roman, en tentant de discerner la vérité. Mensonges, faux-semblants, amour, perte, espoir, la tristesse (celle du héros, de la mère, du lecteur). "La vraie beauté de l'être humain : avoir le courage de fixer dans les yeux le monstre tapi au grenier de son palais intérieur." ;"Je ne voulais plus de cohérence dans ma vie, je voulais du hasard." ;"Même si mon enfance me manquait, même si ma vie d'avant me manquait, je devais bien le reconnaître : il ne se passe pas grand-chose quand on est heureux." ;"Peut-être existe-t-il des moments dans la vie où on ne sait plus si le monde est un mensonge ou si le mensonge est le monde".

  • The Reading Bibliophile
    2019-06-03 10:50

    Je suis une inconditionnelle de la première heure de Baptiste Beaulieu, c'est-à-dire comme auteur de ses "Alors voilà" sur son blog. En revanche, en tant que romancier, ça ne passe pas. Cette histoire m'a laissé de marbre peut-être parce que je suis moi-même soignante ayant aussi un enfant-gris - comme tous les soignants, par ailleurs, on a tous un patient qui nous a rendus différents. 3/5 cependant parce que j'aime Baptiste Beaulieu, le médecin.Merci à Fayard pour leur copie ebook sur Netgalley en échange d'un retour sincère.

  • Nathalie Vanhauwaert
    2019-05-31 10:37

    Un livre qui a beaucoup fait parlé de lui. Il attendait depuis l'an dernier que ma binôme Julie me le propose en lecture commune. Quelques jours après la lecture , mes sentiments sont partagés.Un livre qui nous parle d'un sujet difficile.Jo est jeune interne. Il rencontre dans le service pédiatrie un petit garçon de sept ans à la peau couleur ardoise. No (Noah) souffre d'une maladie du sang incurable et sa fin est inéluctable.No est seul, sa mère le visite très peu, une fois par semaine maximum et tout le monde s'en insurge dans le service. Jo va s'attacher à l'enfant. Très vite arrive "La déchirure" et No continuera à hanter notre jeune interne. Il l'accompagnera partout, toujours. Impossible pour lui de s'en faire quitte, de l'oublier. Pour y arriver il partira faire un long voyage à la recherche de Maria, la mère. Il doit à tout prix la retrouver pour lui "rendre" No, pour comprendre.La construction du récit m'a un peu déstabilisée. Il y a d'une part un compte à rebours avant "la déchirure" qui alterne avec l'après.C'est un peu un conte fantastique de par son univers. Un monde onirique (trop à mon goût) que nous propose Baptiste Beaulieu. Un monde qui se terminera chambre 33 pour NO, c'est là où le voyage s'achève. C'est pour Jo un monde ou le ou les mensonge(s) sont présents pour adoucir la triste réalité, les manques de présence, d'amour. Des mensonges pour apprivoiser la peur, la mort, la déchirure.Des personnages fantasques, hauts en couleur ; l'infirmière en chef Crinchom à qui Jo et No font des blagues de potache , les deux vieilles italiennes de la pension Lili.. Un univers que j'ai moyennement apprécié mais qui apporte de la légèreté et de l'humour à ce sujet difficile.Des thèmes comme la difficulté de mettre une distance entre le malade et le médecin, l'amour dans tous les sens du terme (amour au sein du couple, amour maternel, sens profond du verbe aimer) mais aussi la pression que met la société au rôle de mère et à son instinct maternel, l'acceptation du rôle de mère.Un voyage initiatique au coeur des émotions, de Paris à Jérusalem en passant par Rome. Il y a beaucoup de poésie, de sensibilité et d' humanité dans la plume de Baptiste Beaulieu.Ma note : un peu sévère 8/10Et voici l'avis de ma binôme Julie que vous retrouvez aussi sur son blog "Les petites lectures de Scarlett" c'est iciLes jolies phrasesLe cerveau est comme le coeur : globalement, ce sont des organes capricieux. Ils fonctionnent 24 heures sur 24, 365 jours sur 365 et pourtant, ils t'abandonnent à l'instant même où tu tombes amoureux....la télévision c'est mâcher du chewing-gum avec les yeux.C'est peut-être ça, la différence entre le bien et le mal. La vraie beauté de l'être humain : avoir le courage de fixer dans les yeux le monstre tapi au grenier de son palais intérieur. Le brider sans le flatter, l'accepter sans le nourrir.Y a des êtres, ils sont miraculeux. Une caresse. Un mot. Un sourire. Et c'est toute votre existence qui devient meilleure.Pour s'aimer, il faut semer, et Maria avait toujours été d'une patience de jardinier avec nous.Le bonheur consiste-t-il à aimer les choses comme elles arrivent ?La vérité, on a toujours le temps de la dire. Elle ne presse jamais. Le mensonge, lui est impératif, il bouscule. Il est urgent.Une demi-vérité, même légèrement fardée, légèrement amputée d'elle-même, est déjà un mensonge tout entier. A trop user de la fable, la fable est devenue naturelle, et de naturelle, elle est devenue réelle : il n'a presque plus d'inquiétude pour l'enfant.La souffrance est un bouton de rose immature, un mot posé sur l'expérience avant qu'elle devienne mûre;https://nathavh49.blogspot.be/2017/10...

  • Chicky Poo
    2019-06-16 02:41

    En le lisant je ne savais pas quoi en penser, en le finissant, je ne sais toujours pas si j'ai aimé ou pas... Une lecture très étrange.

  • Nathalie Ziegler
    2019-06-07 02:53

    Je n'ai pas aimé ce livre que j'ai trouvé long long beaucoup trop long . Ces 400 pages auraient pu tenir en 40 . Trop de pathos nuit à l'émotion .

  • Mlle Pointillés
    2019-06-06 08:30

    Je ne sais pas vraiment qu'en penser... J'adore l'écriture de Baptiste Beaulieu au travers de ses articles de blog, la justesse de ce qu'il évoque, la manière dont ça me touche droit dans le coeur <3Je m'attendais donc à retrouver tous ces éléments et ressentir tout ça puissance 10000!Et en fermant ce roman, j'ai plutôt la sensation d'être passée à côté de cette lecture... de n'avoir pas vraiment été atteinte.C'était mon premier roman de cet auteur donc je n'hésiterais quand même pas à rééssayer avec un autre titre!

  • Laroussebouquine
    2019-06-05 06:41

    Un roman à la fois triste et poétique dont je n'attendais pas grand chose, mais qui vous fait finalement voyager avec entrain de la France à Jérusalem en passant par Rome. Je me suis prise au jeu et j'ai tourné les pages à toute vitesse !Je ne garderai peut-être pas un souvenir impérissable de cette lecture, mais elle m'a donné envie de découvrir les autres livres de l'auteur, qui a énormément d'humour et a une écriture vraiment agréable.

  • Stéphanie Comme Si
    2019-06-01 02:28

    je me suis pris un mur d'émotions, une claque d'amour, de souffrance, de poésie. un tsunami.une lecture extraordinairement belle, extraordinairement dure. j'ai souri souvent. Pleuré énormément..... Merci Baptiste pour cet ouvrage ...!

  • Galleane
    2019-05-29 05:43

    Abandon à 178 pages. Je ne parvenais pas à prendre part au récit et finalement ce n'était pas ce que j'avais envie de lire à ce moment.