Read The Falsifiers by Antoine Bello Online

the-falsifiers

Fresh out of college, Sliv, a young Icelander, joins an environmental consulting firm. Soon his superior reveals that the firm houses the activities of a secret organization, the Consortium for the Falsification of Reality, which rewrites history and falsifies the world as we know it. Who runs the CFR and for what purpose? That’s what Sliv sets out to discover. His only chFresh out of college, Sliv, a young Icelander, joins an environmental consulting firm. Soon his superior reveals that the firm houses the activities of a secret organization, the Consortium for the Falsification of Reality, which rewrites history and falsifies the world as we know it. Who runs the CFR and for what purpose? That’s what Sliv sets out to discover. His only chance: rise all the way to the top in record time.The Falsifiers, a European best-seller, is the first installment of a trilogy. It is followed by The Pathfinders and The Showrunners....

Title : The Falsifiers
Author :
Rating :
ISBN : 9781310695353
Format Type : ebook
Number of Pages : 375 Pages
Status : Available For Download
Last checked : 21 Minutes ago!

The Falsifiers Reviews

  • Claude Bertout
    2019-04-13 11:35

    J'ai acheté ce livre peu après sa sortie dans une librairie de mon quartier, intrigué par sa 4ème de couv, et je ne l'ai pas regretté. J'ai en effet découvert à sa lecture un auteur français original et généreux (c'est rare) et un livre absolument passionnant. Je ne vais pas dévoiler ici l'intrigue mais préciser simplement que l'auteur continue d'explorer dans un récit haletant la frontière entre la réalité historique et la représentation de celle-ci dans le présent, poursuivant en cela une obsession personnelle déjà présente dans ses premiers livres qui rejoint les préoccupations de nombre de nos concitoyens. Un livre d'une lucidité et d'une intelligence rares et pour moi l'un des très bons romans français de ces dernières années, qui j'espère sera traduit en anglais.

  • Margaret Unger
    2019-04-11 15:45

    The author sent me an electronic copy of the book since part of it takes place in Iceland (where I live) and he was hoping for the book to gain traction in Iceland. This is the third time I've read a book offered to me by the author, and I think it will be the last. I struggled to get through this book as it was absolutely terrible.The book is about a secret organization that has existed for many years, working to falsify events in order to attain specific goals. One would think that the author, in describing the huge amount of research effort and meticulous work required to successfully falsify information, could at the very least have read the Wikipedia entry on Iceland. I was gasping in astonishment from nearly the first page when he describes the town Siglufjörður, in northern Iceland, as teeming with bears. There are no bears in Iceland. Later on, he describes how the main character spends several weeks with the lumberjacks in their felling of the northern forests. Ummm, there are no lumberjacks in Iceland because we do not have enough forests to fell. A quick Google search will reveal that about 1% of the island is covered by forest. This sort of negligence by a writer is inexcusable.Another irksome point to me was that the author didn't even do enough research to give his Icelandic characters Icelandic names. "Sliv", the name of the main character, is not an Icelandic name. His last name is "Dartunghuver", which I can only imagine is a bastardization of "Deildartunguhver", the name of a famous hot spring. It is not a name given to people. Sliv's sister's name is Mathilde, also not an Icelandic name. A simple check would have revealed that "Matthildur" is the Icelandic version of this name. I thought that anyone interested in Iceland would know the unusual characteristics of Icelandic names, that being that they are patronymic. Apparently even this fairly well-known unique aspect of Icelandic names escaped the detection of the author.As for the story, it was uninteresting, naive, unconvincing, and went nowhere. Even at the last 20 pages I was still wondering where the story was going. It jumped around from subject to subject without any sense of continuity. I often wondered why a character all of a sudden felt a certain way, having to backtrack to see if I had missed something of importance. The characters themselves were undeveloped and stereotypical (of course, the women had "perfect" figures and "porcelain complexions"). The main character, Sliv, was supposed to be a genius, but all the time I got the impression that he was a fairly average fellow, although he is showered with awards and prestige. Apparently he is even "jokingly" referred to as a "Messiah". His supposed genius just doesn't come across to the reader through the story-telling. (And yet, though he is such a valuable asset to the organization, rather than having specially trained individuals to perform dirty work, he himself breaks into warehouses to plant information and is parachuted into Sweden to "tidy up dossiers". As if).Dialogue: not much to say here. Sliv says things like "I'm not going to ask you if [the relationship] is serious..." Errr, you just did. Another time: "I find it hard to see how the CFR can help the cause of women." Well, isn't this exactly the sort of thing that the CFR (the secret organization) works on doing? I sometimes had the feeling that the dialogue was just there to try to bulk up the book, shunted in without any thought to what was actually being said.There were so many other problems with this book that I eventually stopped trying to keep track of them. One of them made me nearly give up on trying to finish reading it -- when a couple of guys, apparently coming straight from an international flight, have no luggage with them, but yet have a gun and a knife "as long as a forearm" with them. Even in a pre-9/11 world it's pretty hard to believe they could have smuggled this on board. And if it was a fabrication that they were actually on a flight, surely our "genius" Sliv would have been bright enough to smell a rat and see this blatant discrepancy?From now on, I'm going to avoid books offered to me by their authors. I would like to take back the hours of my life I lost on this one.

  • Nicolas
    2019-04-18 10:15

    Parfois, on lit des bouquins sans vraiment savoir pourquoi, mais tout en étant convaincu d'y trouver une espèce de vérité, alors même que le roman est par construction un mensonge.Et cette histoire en est le plus parfait exemple.Elle nous raconte comme Sliv, jeune islandais à la recherche de son premier emploi, va refuser une offre dans une conserverie pour entrer via l'une de ses facades dans le consortium de falsification du réel, une société secrète dont le but est encore inconnu à cette heure, mais dont le moyen d'action préféré est la manipulation du réel. Une manipulation qui passe par la création de faux documents officiels, de faux témoins, de faux écrits, bref, de faux divers. Et ils ne font pas ça pour le plaisir. On va y trouver Laïka (la chienne de l'espace), l'exploitation pétrolière, les débuts de la dérive capitalistique dans laquelle nous sommes actuellement plongés, mais aussi des faux films, de faux courants artistiques (ah, cet écrivain minimaliste). Bref, ce roman raconte comment le réel est faussé. Et comment il est faussé par Sliv et ses patrons.Alors évidement, ça ne peut que plaire à tous les démiurges en culottes courtes : les MJ de toutes les parties de jeux de rôles s'y retrouvent, comme d'ailleurs les joueurs de #nomic (oui, là, je suis bi-classé). Et c'est avec une excitation permanente que je voyais Sliv tenter des falsifications aussi audacieuses que tordues (son oeuvre sur la Stasi est incroyablement subtile). Qui plus est, l'auteur a pris soin sur chacun des sujets évoqués de se documenter avec une précision, une force, une profondeur assez incroyable. Il arrive donc à évoquer dans le même roman les dérives capitalistes et des continents, la zoologie et la condition des femmes, ou encore la conquête spatiale et le communisme. C'est donc un grand jeu intellectuel dans ce roman que de chercher ce qui est "vrai" et ce qui est "faux". Bon, on sait bien, vous et moi, que c'est un jeu de dupes : le réel n'existe pas, pas plus que la vérité. C'est d'ailleurs ce qui rend ces manipulations aussi innocentes que superfétatoires : ce qui a été vrai hier sera faux demain, et il n'est pas besoin d'une société secrète pour en arriver à cette réalité fluctuante. Toutefois, évidement, le CFR (nos falsificateurs, quoi), ajoute à cette réalité fluctuante une dose d'art qui lui fait habituellement défaut, et qui me poussera désormais à traquer le faux artistique dans les journaux ou dans la wikipedia - qui doit être pour l'auteur un objet fascinant.Cependant, ce roman n'est pas exclu de défauts, au premier range desquels la platitude des personnages, qui s'esquivent systématiquement dès qu'un tant soi peu de relations humaines s'instaurent ... Bon, je suis mauvais jouer, c'est évidement le cas presque uniquement pour les deux personnages principaux, mais les "seconds rôles", eux, ont droit au bonheur et à une vie affective épanouie. En revnache, les héros, non, et ce stéréotype du "lonesone cowboy" comme personnage principal me paraît à la fois douteux et peu intéressant sur le plan littéraire.Mais je ne crois pas qu'il s'agisse d'un défaut bien grave. Après tout, le but de ce roman n'est pas d'être une autobiographie imaginaire d'un falsificateur fictif (quoique .... peut-être que l'auteur a juste utilisé un nom de plume et qu'il est Sliv), mais bien de nous montrer que notre monde n'est pas basé sur une réalité objective, mais sur un ensemble de scénarios construits dans des buts différents. Et si ça nous semble si évident, c'est peut-être grâce ou à cause de l'émergence du story-telling ubiquitaire : cette façon qu'ont les sphères média et politiques de scénariser chaque élément d'information pour construire une information émotionelle vide de sens mais pleine de sentiments (à vomir !). Evident, donc, mais pas inutile pour autant. Je vois dans ce roman une espèce de façon de démysthifier ce réel construit autour de nous, et de le démysthifier avec beaucoup de subtilité. En effet, dans ce roman, le héros va comprendre au bout d'un moment qu'il n'est pas uniquement extérieur aux scénarios qu'il construit (le galochat, ou les bochimans) mais également personnage de ces scénarios, aussi bien lors de son premier entretien avec Khoyoulfaz ou de sa visite en Afrique (je ne détaille pas plus pour ne pas déflorer l'intrigue). Et je pense que l'auteur, en impliquant le personnage principal, a voulu nous montrer comment nous aussi ne pouvons rester extérieurs à cette construction du réel, tout en ayant un devoir de critique vis-à-vis de cette réalité construite.Du coup, évidement, même si je n'ai pas été totallement conquis par ce roman (malgré son côté page-turner), je ne peux que vous le recommander, ne serait-ce que pour comprendre que la réalité, même si ça n'est pas ça, c'ets pourtant ça.

  • Romain
    2019-03-28 15:39

    Les falsificateurs est un de mes gros coups de coeur de l'année 2008. A ce titre, je tenais absolument à en parler ici. Antoine Bello raconte le parcours d'un jeune homme au sein d'une organisation clandestine (le CFR) dont le but est de falsifier le réel (d'où le titre !). Dans tous les métiers il y a différents niveaux, pendant que certains bâtissent des cathédrales, d'autres construisent des barbecues. La falsification n'échappe pas à cette règle universelle. On débute donc sa carrière de falsificateur par de petites missions qui pourraient paraître insignifiantes au profane mais qui ne modifie pas moins insidieusement le cours de l'Histoire. Changer la date à laquelle une statue a été érigée ou les statistiques d'un poisson du bout du monde sont des actes a priori anodins et indépendants qui ne tendent pourtant pas moins vers le même objectif. Mais lequel ...Antoine Bello réussit avec brio dans ce projet très ambitieux, à tel point qu'après la lecture de ce livre vous ne regarderez plus les informations de la même manière. Traiter de la grande théorie du complot sans tomber dans le grotesque relève du funambulisme, au moindre accroc tout peut s'effondrer comme un soufflé. Ici on se régale jusqu'à la dernière miette et on prendra même avec plaisir un dessert puisqu'un second tome viendra conclure cette histoire (Les éclaireurs). http://www.aubonroman.com/2009/12/les...

  • Tom Kenis
    2019-04-07 17:21

    Took me ages to plow through in French. A well-researched, dense alternative universe where a nigh-omnipotent secret organisation determines the course of history by gently tugging at its narrative heart strings. In a way this organisation actually exists. It's called literature. Not sure this is exactly what the author intended to convey, but the parallel is as uncanny as it is inescapable. Top notch yarn!

  • Leggendolibri
    2019-04-13 10:44

    Probabilmente non è la storia del secolo, ma è affascinante il quadro generale in cui si svolge e su cui nasce la trama. Ma trattandosi di un "assurdo distopico" questo mio pensiero potrebbe essere un falso su un'opera mai scritta. Credo che l'opinione finale uno possa farsela solo leggendo il secondo volume, "Gli illuminati".

  • Alexandra
    2019-04-14 17:19

    Πολύ έξυπνη και ενδιαφέρουσα σύλληψη για μυθιστόρημα, που όμως ο τρόπος που τη διαχειρίστηκε αφηγηματικά ο Bello με κούρασε και με έκανε να βαρεθώ. Με μια τέτοια κεντρική ιδέα θα μπορούσε να είχε δημιουργήσει κάτι πολύ καλύτερο.

  • Antoinette
    2019-04-09 14:19

    Un livre très bien écrit, que je n'ai pas pu lâcher avant la fin

  • amuuuh
    2019-04-11 11:39

    Ho iniziato questo libro con aspettative molto alte. Aspettative che non sono per niente state soddisfatte; mi è sembrato povero dal punto di vista della storia - nonostante l'idea iniziale fosse molto interessante - tanto quanto dal punto di vista della scrittura.Mi sono dovuta sforzare per riuscire ad arrivare all'ultima pagina. :(

  • Nicolas Spilliaert
    2019-04-04 15:24

    Et si ce que nous prenions pour la réalité n’était en fait que falsifications successives...

  • Yanfi
    2019-03-31 11:40

    Ce livre est maladroit. Pourtant il donne cette envie d'aller jusqu'au bout. Ce n'est sûrement pas un fait exprès, mais le parallèle avec le personnage principal est flagrant... ceux qui l'auront lu jusqu'au bout (et plus encore avec le second tome) en conviendront.Un jeune Islandais rejoint une organisation secrète le CFR dont la principale activité est de truquer des événements historiques, scientifiques, culturels ou d'actualité, pour infléchir de façon plus ou moins sensible sur le sens de l'Histoire. Vaste programme, immense organisation. Dans cette multinationale de la macro-arnaque, il y a des milliers de petites mains, des antennes dispersées à travers le monde, aux spécialités bien définies. Mais parmi les leaders, les créateurs des dossiers qui bouleversent la donne, il y a deux types de responsables : les scénaristes (ceux qui inventent l'arnaque, en dressent les grandes lignes et proposent des projets sans vraiment se soucier de la logistique) et les falsificateurs (ceux qui déterminent les moyens pour rendre tout cela possible).Sliv le jeune Islandais en question est de ses rêveurs, un peu sans but pour qui tout n'est qu'un jeu : un parfait scénariste. Ses débuts dans l'organisation sont tonitruants. Épaulé par son mentor Eriksonn, son travail est remarqué, célébré et salué. Il se laisse aller à sa désinvolture. Son alter-ego une agent danoise Léna Thorsen est elle particulièrement douée pour la falsification : froide et bourreau de travail, elle est tout l'inverse de Sliv, et les opposés... s'opposent.Sans entrer dans les détails, Sliv est libéré de sa désinvolture par un événement fâcheux. Il y gagne en précision dans son travail, ajoute la méticulosité à ses atouts et s'avère le mieux paré pour franchir tous les échelons du CFR. Quand arrive la fin du tome, on a hâte de savoir s'il découvrira les arcanes de cette organisation secrète. Mais l'on reste aussi sur quelques déceptions. Une seule des falsifications du CFR reste à l'esprit : la chienne Laïka n'a jamais été dans l'espace ! On aurait aimé en découvrir de plus nombreuses, on aurait aimé qu'elles affectent jusqu'au quotidien du héros, qu'elles l'ébranlent dans ses certitudes, ou les créent ! Mais il n'en est rien... A-t-on à faire à de petits manipulateurs à la petite semaine ou à des magnifiques faussaires qui contrôlent le monde ? On n'en sait rien. On regrette que le CFR n'ait pas changé notre quotidien à nous lecteurs.J'ai la sensation que l'auteur est comme son héros. Très bon scénariste. Moins bon falsificateur. L'entrée de Sliv au sein du CFR est assez abstraite. Est-ce le test d'Eriksonn au cours d'une mission au Groenland qui suffit à dénicher le bon agent du CFR et les multiples tests psychologiques qui accompagnent ? On en doute... on doute tout autant que ces mêmes tests aient été tout aussi concluants pour l'adhésion de Léna...Cependant, cette histoire qui file sur les années 90, laisse en suspens de multiples questions pour la suite : comment une organisation dont l'activité s'accorde à modifier le réel pourra survivre à la révolution des communications ? comment vivra-t-elle les événements de septembre 2001 ? Mais tout ça c'est l'histoire du deuxième tome, Les éclaireurs... et quoi qu'on puisse penser du premier, la qualité du scenario donne vraiment envie de se lancer dans la suite.

  • Barbora Romanovská
    2019-04-09 11:27

    Jak si myslíte, že vznikají mýty, legendy? Nebo historie? Ano, některé věci se skutečně udály, ale některé, některé z nich vznikly v hlavách několika lidí... Mladý islanďan Sliv Dartunghuver nastupuje do firmy, zabývající se enviromentálními studiemi. Záhy však objeví ve spisech několik nesrovnalostí, které se pokouší vyřešit. Netrvá to dlouho, než zjišťuje, že firma je jen krytím pro organizaci nesoucí název KFR, ke které patří i jeho nadřízený. A ten se rozhodne, že by mohl Sliv rozšířit jejich řady. A tak Sliv, plný pochyb o svém "zaměstnavateli" nastupuje. Hned ze začátku je jasné, že má neuvěřitelný talent pro psaní scénářů a začne vynikat, mezi ostatními kolegy, chybí mu však preciznost ve falzifikaci a to k nepříčetnosti dráždí jeho sokyni Lenu Thorsenovou. Sliva naproti tomu dráždí něco jiného - jaké má Konsorcium pro falzifikaci reality (KFR) cíl? Pracuje na straně dobra a proč vlastně upravovat realitu, kdo z toho má prospěch? Téma románu je originální a propracované, některé falzifikace jsem si musela číst několikrát, abych je pochopila, nejsou čtenáři jen tak od oka načrtnuty. Autor není příliš popisný, což mi místy chybělo - do teď si neumím Sliva nijak představit! Samotný děj však má spád a nutí číst stále dál. Své zklamání z konce knihy jsem překousla ve chvíli, kdy jsem se dozvěděla, že bude mít příběh pokračování. V opačném případě bych jej považovala za příliš otevřený. ...........................A teď pár myšlenek, které se mi líbily, nebo prostě jen ukázek jazyka:1) Potlačil jsem touhu začít knihami o Křovácích a přinutil se přečíst něco o kontextu. Moji profesoři zeměpisu mě v tomto ohledu připravili dobře: vždy směřujte od obecného k jednotlivému, abyste si uchovali celkový pohled.2) Jejich věc jim připadá tak přirozeně správná, že podle nich nepotřebuje žádné ospravedlnění. 3) No a? Legenda poroste s úsilím jí věnovaným. Hledáním vzniká mýtus, ne naopak. 4) Bylo čtvrt na deset a všichni jsme ještě stáli s kelímky kávy v ruce hledali slovní kombinaci, která by nejlépe vyjádřila osobitost studijí budovy. "Posthirošimský sen", "orwellovská kasárna" nebo "kafkovská bonboniéra" byly zajímavé návrhy, ale nejširší souhlas si získal Stéphanův "nedokončený koncert pro betonové tvárnice a kovové nosníky."5) Vždycky jsem měl za to, že od určitého věku změna názoru představuje známku odvahy, nikoli nestálosti.6) Jak říkal Chris Marker: "V 19. století si lidstvo vyřídilo účty s prostorem; výzvou 20. bude soužití v čase."7) Můžete se tolik naučit jeden od druhého... Každý z vás je jedinečný... Nenechte své bohaství, aby zmizelo s vámi...8)Chris Marker vložil jedné své postavě do úst větu: "Po několika cestách kolem světa mě zajímá už jen všednost." Myslím, že chápu, co tím chtěl říci. ...............................Tak co myslíte, mohli by jste nastoupit do práce, o které víte jen to, že vás baví a máte na ni talent, nevíte však nic o tom pro koho pracujete a jaký smysl má vaše práce? A celou dobu by jste tak byli odkázání k onomu "věřit". Celou dobu jsem při čtení přemýšlela, co by mne bavilo více, zda-li práce scénáristická nebo falzifikátorská. Nu, pro tu scénáristickou mám určitě více nadání.

  • Alfonso D'agostino
    2019-04-16 11:37

    Aspetta un attimo: mi sto dicendo – in uno di quei soliloqui notturni dettati dal caldo e da un eccesso di sonnellino pomeridiano – che ho trovato più che accettabile un romanzo che sembrerebbe poggiare le sue basi su una sorta di commistione fra complottismo ante litteram, società segrete che dominano il globo, organizzazioni sovranazionali in grado di indirizzare i destini di un paese o di un intero continente? Cioè, davvero I falsificatori di Antoine Bello, romanzo pubblicato da Fazi con una copertina particolarmente azzeccata, ha un suo fascino discreto nonostante le premesse facciano temere l’ormai classico potpourri di ispirazione pluto-socialistico-giudaico-nazistoide-sciekimikesco?Sì, in effetti è così: I falsificatori sono promossi a pieni voti. Innanzitutto perché la vicenda è di per sé sufficientemente originale: Sliv, giovane geografo islandese, viene assunto da una società di consulenza ma scopre quasi immediatamente che il suo Capo è in realtà un reclutatore del CFR (Comitato Falsificazione della Realtà). Si tratta di una misteriosa organizzazione che, in una storia ammantata di mistero, opera in tutto il mondo per la produzione di false notizie capaci di determinare il destino delle nazioni e del mondo. Un esempio? L’invio nello spazio della cagnetta Laika sarebbe pura mitologia, determinata da un (geniale) agente del CFR e dalla necessità di spingere il genere umano all’evoluzione scientifica attraverso la competizione spaziale.Ma allora perché il romanzo di Bello si differenzia dai polpettoni sopra descritti? Prima di tutto, per un protagonista assolutamente normale e per delle vicende che sfiorano l’ordinario: nessun omicidio (o quasi…), nessun tesoro da disseppellire, nessuna profezia e nessun codice segreto da violare dopo un inseguimento notturno in una segreta città subacquea. Il lavoro di Sliv e dei suoi colleghi assomiglia più a quello di capaci romanzieri che a quello delle archeo-spie a cui il cinema e la letteratura di consumo ci hanno abituati: preparano dossier che possono influenzare in un processo non istantaneo la nostra storia ma lo fanno con l’incoscienza dei giovani spesso accompagnata da una robusta dose di idealismo. La struttura stessa del CFR viene dispiegata a poco a poco, e solo dalla metà del romanzo se ne comprendono almeno parzialmente le ramificazioni.E poi… oh, lo so che non ci crederete ma… nell’intero testo de I falsificatori non compare neppure una volta il termine Templare. A me è più che sufficiente perché, come diceva il compianto Umberto Eco, in questo genere di letteratura “I Templari c’entrano sempre”. E qui non ci sono.http://capitolo23.com/2016/08/05/rece...

  • Dorothyd
    2019-03-27 09:45

    Les falsificateurs m'a été envoyé par les éditions Gallimard, pour l'opération Masse critique de Babelio. Une découverte, que ce soit de l'auteur ou du style de livre.Les falsificateurs raconte l'histoire d'un groupe, d'une organisation mondiale, le CFR. Silv, le héros, va être amener à l'intégrer, et devenir lui aussi un falsificateur. Il va créer des scénarios qui vont changer des événements de l'histoire passée, présente ou future. Mais quel est le but de cette organisation? C'est de là que vient l'intrigue principale.L'auteur sait nous tenir en haleine, on aimerait en savoir plus, on aimerait comprendre, tout comme Silv en fait. Il se pose beaucoup de questions, et nous aussi en tant que lecteur. Les scénarios sont très bien pensés et on sent le travail de recherche indéniable de l'auteur. Cette idée que les informations peuvent être falsifiés reste dans l'esprit, dans notre monde actuel est-ce ce qui se passe, ça en est un peu troublant.Cette lecture n'était pas forcément gagné d'avance pour moi, je partais en terrain inconnu. Et j'ai été prise par le livre, par toute la recherche de Sliv, par l'histoire des scénarios, par la vie du CFR. Certains passages sont plus ou moins bons que d'autres: certains sont captivants et certains sont difficiles, ce fut surtout le cas d'explication compliqué sur des sujets complexes. J'ai été plus intéressé par le développement de Sliv dans le CFR, par son évolution, par ses découvertes, que par l'explication de divers scénarios. Ce sera ma seule critique, ce coté un peu laborieux parfois. Mais il est assez vite contrebalancé par l'histoire et les réponses qui nous parviennent petit à petit, mais pas totalement... à suivre...Une bonne découverte, et je serais prête à découvrir la suite des falsificateurs dès que je le pourrais.

  • Louise
    2019-03-30 17:26

    Plein de promesses (quoi que le thème de la falsification du réel n'est pas nouveau), ce livre pèche vraiment par l'écriture. La narration est plate et sans relief, les dialogues sonnent faux et les personnes n'ont aucune épaisseur psychologique. Ils sont chacun des archétypes caricaturaux : le zélé, le bon, le maître à penser, la naïve, l'idéaliste, le génie, la beauté glaciale... Au secours.Bello tente de nous faire voir le monde dans lequel nous vivons sous l'aspect étrange du "on ne nous dit pas tout", on finit par le voir comme un décor de carton dans un studio Hollywoodien : Sliv au bureau, Sliv dans l'avion, Sliv écrit un bon dossier, Sliv est un bon bureaucrate pathétique qui scribouille ses délires passant comme une lettre à la poste lors des réunions du Comex. Ces personnages et cette histoire sont plus factices que le plus brillant des dossiers du CFR.La pauvreté du style est d'autant plus dommageable que le propos est intéressant. Lire la quatrième de couverture après avoir fini le roman est une expérience intéressante : elle se suffit à elle-même. Mais à la place de l'éditeur, je n'aurai pas été assez orgueilleux pour invoquer Borges.J'ai lutté jusqu'au bout pour connaître la finalité du CFR... Je ne la connaitrai donc jamais car autant prévenir tout de suite le lecteur : il y a une suite.

  • Luca Mauri
    2019-03-30 16:35

    Leggendo il libro si ha la netta impressione di assistere all'episodio pilota di una serie TV. Nonostante la mole non indifferente del volume, infatti, si tratta di poco pi�� di un racconto introduttivo.Scritto in prima persona dal protagonista, il narratore ci racconta il suo ingresso e la sua ascesa nei ranghi del CRF, misteriosa organizzatore dedita alla modifica della realt�� e della storia.Per quanto il libro metta molta carne al fuoco, si tratta solo di una introduzione al mondo parallelo (nenahce poi tanto, a ben pensare) in cui la realt�� viene modificata a piacimento dalla potente organizzazione.E' un volume scritto in maniera molto scorrevole, anche se lo stile di scrittura non �� molto ricercato e si limita a una narrazione molto terra-terra. Si tratta tuttavia di un libro molto coinvogente che racconta una storia tanto strana da poter essere anche vera.Alla fine del libro sicuramente molti lo liquideranno come una interessante opera di fiction, ma non si potr�� fare a meno di chiedersi: e se fosse tutto vero?Il libro �� in copertina morbida con alette. Stampa ottima su carta color avorio. La copertina riporta una suggestiva stampa a colori dell'isola di Manhattan.

  • Michal Janda
    2019-03-21 15:18

    Celá tahle série je naprosto úžasná!

  • شريف لطفي
    2019-04-12 16:32

    Roman très intéressant techniquement, ça se voit que l'auteur s'est vraiment investi en matière de recherche. Par contre je dirai que c'est un effort exagéré. Je n'arrive pas à comprendre comment des employés d'une intelligence incomparable pourraient travailler pour un organisme dont l'objectif leur est inconnu. La base du roman me paraît invraisemblable et même exagérée. Le roman est trop long et rentre dans des détails peu nécessaires. Par contre la description des caractères et leur entrelacement est très bien faite et très consistantes

  • Petr Čapek
    2019-03-21 10:15

    Po dočtení knihy tak bude spousta čtenářů pohlížet na jednotlivé události trošku jiným způsobem. Co když opravdu někdo na pozadí světového dění hýbe neviditelnými nitkami a utváří svět k obrazu svému? Navíc po dočtení knihy zůstává spousta nezodpovězených otázek a chystá tak čtenáře na pokračování, které by mělo u nás vyjít v květnu tohoto roku.http://pcapek.blogspot.cz/2014/01/ant...

  • KatEm
    2019-04-10 15:38

    Main idea really promising and actual, somehow, the story is missing something - more "blood", more thrill or balls, some wow effect, I am not sure how to name that. Trying to find it within all those 400+ pages, something that hits you in the face and you could say, yes, it was worthy spending so much time reading. Still, it hasnt arrived. Maybe in next book.

  • Geraud
    2019-04-01 15:24

    ça commençait bien mais j'ai trouvé la fin assez inégale. un peu trop de personnages clichés, trop bien intentionnés et finalement peu authentiques. j'ai malgré tout bien aimé tout le côté falsification comme le passage sur le projet sur les archives de la Stasi.

  • Valérie Panis
    2019-03-24 16:15

    Très bons bouquins (achetez d'office la suite, Les éclaireurs, sinon vous le regretterez amèrement quand vous serez aux dernières pages du premier tome.) L'histoire est originale, c'est bien écrit tout en étant sans prétention...bref, ça se dévore tout seul....

  • Bookshire Cat
    2019-03-28 11:32

    Ze začátku mi vypravěčův styl neseděl a příběh mi přišel nezajímavý, cca po sto stránkách jsem se ale přistihla, že se od knihy nemůžu odtrhnout. Stejně jako Sliva mě zajímalo, kdo za organizací stojí, a dost nelibě nesu, že jsem se to nedozvěděla :) Dobrý způsob, jak nalákat čtenáře na druhý díl.

  • Mike Alvers
    2019-03-21 15:30

    Excellent book, the first of a trilogy that's the best French literature has to offer these days. It's at once entertaining, deep, metaphysical. If you think that History varies based on who tells it, this book is for you.

  • Enrico Pallais
    2019-04-05 11:45

    Lo sto leggendo ed è veramente dura portarlo atermine. È un grande topolino da bagno. Buona soltanto l' idea che sta alla base del tutto. forse anche la traduzione italiana ha le sue responsabilità.

  • Akaitsoti
    2019-03-29 14:42

    Interesting theme but no real escalation as you keep reading. And there's a sequel? Really? What for?

  • Elena
    2019-03-27 11:24

    Bello, ma non finisce!!! Bisogna leggere il seguito!!!!Scritto bene, interessante, però ho qualche dubbio che il CFR sia veramente così inoffensivo... Sono curiosa e inizio subito Gli Illuminati!

  • Andrea
    2019-04-12 13:33

    Leggero e divertente

  • Madeleine Decker
    2019-03-20 09:25

    EXCELLENT! moi qui ai déja de la difficulté à croire ce qui s`écrit dans les media, alors la, c`est carrement grillé ;)

  • Kateřina Šimková
    2019-04-15 14:32

    Nice idea. Although sometimes a bit far-fetched and the fact that basically every character is a sort of a genius might get you down.